7 conseils pour bien préparer son set DJ

7 conseils pour bien préparer son set DJ

Il y a un débat qui dure depuis longtemps dans le milieu des DJ : faut-il préparer ses sets en avance ou non ? Certains trouvent que le DJ doit préparer les musiques qu’il passe à l’avance tandis que d’autres recommandent fortement le contraire. Bien entendu, jouer devant un public n’est pas la même chose que mixer sur une radio ou enregistrer un podcast ou une démo. 

 

#1. Faites votre choix : enchaîner vos titres sur le moment ou mixer vos musiques en avance

Si vous décidez de préparer votre set en avance, veillez à ne pas tâter les effets offerts par sa table de mixage. Sachez qu’en temps réel, on ne peut appliquer qu’un nombre limité d’effets à un morceau. En effet, si vous ajoutez trop d’effets à votre mix, vous risquez de déformer voire de maltraiter le morceau. Si, par contre, vous créez un mix pour un podcast ou une démo que l’on écoute à domicile, vous pouvez ajouter plus d’effets pour développer votre son unique.

#2. Renseignez-vous sur votre public

Que vous jouiez devant une foule ou pour quelques personnes qui écoutent votre émission radio, il est très important de se renseigner sur son public. Quel genre de musique faut-il mixer ? Le public danse déjà ou les gens hochent seulement un peu la tête ? Si vous connaissez votre public, il est plus facile de créer une playlist. Si vous ouvrez la soirée et le public n’est pas encore très enthousiaste, il est recommandé de jouer des morceaux qui tournent autour des 110 à 125 BPM.

#3. Appliquer le diagramme d’énergie

Le diagramme d’énergie est un outil utilisé par les producteurs et les DJ pour indiquer le niveau d’énergie d’un morceau ou d’un mix. Les niveaux d’énergie ‘ramp’, ‘mountain’ et ‘wave’ sont très communs. Le niveau ‘ramp’ consiste à amener le tempo à un BPM plus élevé. Avec le niveau ‘mountain’, le DJ emmène le public à un climax pour ensuite ralentir le tempo et terminer tranquillement son set. Le niveau ‘wave’ est une série de pics et de moments plus calmes.

#4. Sélectionner les bons morceaux

Évitez de créer un mix qui contient trop de tubes. Si vous connaissez votre public, vous savez quel niveau d’énergie vous souhaitez atteindre, quel type de musique il faut mixer et quelle direction prendre. Choisissez des morceaux que vous supportez et qui représentent votre style. N’ayez pas peur de mixer des morceaux plus anciens ou obscurs avec des tubes du moment ; c’est ce que vous rend unique !

#5. Utiliser le bon type de transition

Savoir comment réaliser une bonne transition est très important. Le DJ hip-hop utilise souvent le ‘cut’. Il s’agit d’un passage instantané au morceau suivant dont le but est de provoquer un choc. Le DJ radio, par contre, utilise plutôt le ‘fading’ (fondu-enchaîné). Ce type de transition consiste à baisser progressivement le volume du premier morceau à mesure qu’on monte celui de l’autre. Combiner différents types de transition permet d’enchaîner des morceaux qui ne vont pas forcément ensemble.

#6. Trouver la tonalité de vos morceaux

Lorsque vous créez un mix, connaître la tonalité d’un morceau est essentiel. Il s’agit d’un indicateur qui va permettre par la suite de déterminer la compatibilité harmonique d’un morceau avec les autres. Mixed in Key est un outil pratique qui analyse et scanne votre bibliothèque musicale. Ce logiciel vous permet de gagner un temps précieux et de trouver facilement la tonalité de vos morceaux.

#7. Le timing

Bien entendu, il faut savoir quand vos morceaux commencent et quand ils se terminent. Pour qu’un drop soit réussi et puisse exprimer toute l’ampleur de son énergie, il ne faut pas encore commencer à mixer le morceau suivant. Gardez un tempo spécifique et permettez à votre public d’avoir un moment de repos. Au final, chaque DJ qui se respecte veut jouer un set de fou qui plaît à son public !